Nos métiers

L’Udaf 92 accueille, informe et accompagne les familles et/ou les personnes en situation de vulnérabilité dans leur quotidien. Ce sont ainsi 10 services qui leurs sont proposés.

Rejoignez-nous

Assistant de direction

Service Institution familiale
Assistant de direction
PRINCIPALES MISSIONS
  • assurer les tâches administratives de secrétariat en lien avec la direction (traitement et frappe de courrier, préparation de dossiers institutionnels, prise de messages téléphoniques…) ;
  • assurer le secrétariat de la médaille de l’enfance et des familles (instruction des dossiers, organisation de la tenue de la commission, suivi auprès de la préfecture, diffusion des résultats aux mairies et mise à disposition des diplômes et médailles) ;
  • organiser les réunions institutionnelle (bureau, conseil d’administration, assemblée générale…).
TÉMOIGNAGE

« Je suis assistante de direction à l’Udaf 92 depuis le 6 janvier 2003. Quelques semaines après mon arrivée, le directeur a organisé un rendez-vous avec Marie-Louise Rostand alors présidente de l’association départementale de la Médaille de la Famille française. J’ai découvert le monde de la famille nombreuse… et je ne l’ai plus quitté.

Mère, grand-mère et arrière-grand-mère de famille nombreuse, elle avait la foi en la famille chevillée au corps. Elle avait créé en juin 1982, l’association départementale de la Médaille de la Famille française. Elle fut administratrice à l’Udaf 92 et à la fédération nationale. Les mères médaillées du 92 lui doivent la gratuité de la carte des transports en commun obtenue auprès du président du conseil départemental. Depuis, deux autres présidentes, également administratrices de l’Udaf 92 lui ont succédé et continuent d’œuvrer pour la défense de ces familles.

Chargée du secrétariat de la Médaille de la Famille, j’étudie les dossiers de candidature, en vérifie la complétude et organise la tenue de la commission. Cette dernière donne au préfet un avis motivé sur ces dossiers. De 2003 à 2020, 2 169 mères et 37 pères de famille ont été décorés.

J’ai dressé une « certaine » cartographie des familles nombreuses du département ; j’ai ainsi constaté que les altoséquanais sont farouchement attachés à la famille.
Invitée par les maires à assister aux cérémonies, j’y ai représenté et fait connaître l’Udaf 92. Les maires ne manquaient jamais de rappeler que la famille est la cellule de base de la société et qu’elle doit être protégée et défendue.

Quelques souvenirs : tel maire me tendant le micro ; tel autre m’offrant un bouquet de fleurs ; une mère médaillée m’invitant au restaurant avec toute sa famille ; les retrouvailles avec une ancienne collègue de ma jeunesse et une ancienne collègue de l’Udaf 92 ; une récipiendaire venue au bureau m’offrir un bouquet de fleurs. Et puis, certaines personnalités connues rencontrées lors de cérémonies. Sans oublier les liens tissés avec les salariées des CCAS et des relations publiques des mairies… »


Adjoint du directeur de service

Service protection juridique des majeurs
PRINCIPALES MISSIONS
  • assister et suppléer de la directrice du service PJM ;
  • soutenir les chefs de secteur sur les postes vacants ;
  • gérer les ouvertures de mesures de protection ;
  • gérer le patrimoine des personnes protégées…
    TÉMOIGNAGE

    « De tout temps, j’ai été impliquée auprès des plus vulnérables que cela soit bénévolement ou professionnellement dans des réseaux de défense des droits des familles. L’essentiel de ma carrière professionnelle s’est déroulée dans différentes Udaf où j’ai occupé des postes d’encadrement. Je suis juriste et j’ai également un diplôme en gestion de patrimoine.

    J’ai commencé à travailler à l’Udaf 92 en 2013 en qualité de chef de secteur. Depuis 2023, j’occupe le poste d’adjointe à la directrice du service PJM. C’est un poste particulier car j’ai plusieurs casquettes.

    Je suis responsable du Pôle ouverture de mesures ; j’encadre 2 délégués mandataires et 1 assistante spécialisés dans les ouvertures des nouvelles mesures judiciaires. L’objectif est de rendre effective la décision de justice par différentes actions, notamment, consulter le dossier au tribunal de proximité nous désignant, rencontrer la personne protégée, ouvrir un compte bancaire à son nom qui permettra de percevoir les ressources, régler les dépenses, notifier la mesure aux créanciers et aux débiteurs, effectuer un inventaire des meubles dans les 3 mois, du patrimoine mobilier et immobilier dans les 6 mois et établir un budget et déterminer les objectifs à mettre en œuvre à court terme. Ensuite, le dossier est transmis à un délégué qui sera chargé d’exercer la mesure au long cours.

    Je suis également chargée de la gestion du patrimoine des personnes protégées. L’Udaf 92 fait partie des rares services de protection juridique à avoir ce poste. Actuellement, nous suivons 1 170 mesures. J’assiste les délégués et les majeurs protégés dans le conseil et la gestion des gros et des petits patrimoines. Ce dernier est tout autant complexe, notamment, du point de vue de la fiscalité des intérêts et des règles de perception de l’AAH.

    Ces gestions doivent être diligentes, prudentes et avisées :

    • gestion des biens mobiliers, je participe à l’écrêtement des comptes bancaires qui ne produisent pas d’intérêt, je réorganise le patrimoine bancaire et en assure le suivi ;
    • gestion des biens immobiliers, je participe à leurs inventaires et je m’assure de la mise en place de mandat de gestion pour les majeurs protégés qui sont bailleurs.

    J’effectue aussi une veille des patrimoines susceptibles d’être imposables à l’impôt sur la fortune immobilière et sollicite un rendez-vous avec un conseiller spécialisé qui sera chargé d’établir la déclaration en lien avec le délégué. Enfin, je suis également chargée de mettre en place une convention entre Soliha et nos services en vue d’organiser un partenariat pour améliorer, sécuriser et valoriser l’habitat et les biens immobiliers des personnes que nous suivons. »


    Délégué mandataire judiciaire

    Service Protection juridique des majeurs (PJM)
    Protection juridique des majeurs
    PRINCIPALES MISSIONS
    • suivre des mesures de curatelle et de tutelle auprès d’adultes handicapés et/ou âgés à domicile et en établissement ;
    • accompagner la personne dans son projet individuel ;
    • gérer sa situation administrative, financière, patrimoniale et juridique ;
    • rédiger des rapports et des bilans de situation aux autorités judiciaires.
    TÉMOIGNAGE

    « Je suis arrivée à l’Udaf 92 en janvier 2019 en tant que déléguée mandataire judiciaire à la protection juridique des majeurs. J’ai pour mission d’accompagner les majeurs protégés (personnes handicapées et/ou âgées en curatelle/tutelle dont les facultés sont altérées) dans la gestion de leur situation personnelle, administrative, budgétaire et patrimoniale.

    Mes journées sont variées et ne se ressemblent pas. Certaines tâches sont effectuées quotidiennement (échanges courriels avec les partenaires et les majeurs protégés…). Chaque lundi matin, j’assure une permanence téléphonique. Durant cette matinée, je reçois une vingtaine d’appels. La durée des appels peut varier et dépend du majeur protégé et de ses demandes (confirmation d’envoi de fonds, réception des prestations sociales, gestion de la vie quotidienne…). Des relations de confiance se créent alors, par la réactivité et la réponse apportées à leurs demandes.

    J’assure également une permanence physique sur rendez-vous, le lundi après-midi à l’antenne de Bagneux. La durée des rendez-vous est limitée, les créneaux se font entre 20 et 30 minutes par personne. C’est un moment particulier où il est possible d’échanger dans un lieu neutre en face à face. C’est l’occasion de remplir des dossiers, de prendre le temps d’expliquer des courriers ou de faire un point de situation avec le majeur protégé. Ces rendez-vous sont également l’occasion pour celui-ci de mettre par écrit ses projets dans le document individuel de protection du majeur protégé (DIPM). Ce document définit les objectifs et la nature de la mesure de protection. Lorsque les créneaux ne sont pas tous occupés, il m’arrive de consacrer plus de temps au majeur protégé. Mon record personnel du plus long entretien est de 2h30 ! Notre métier nécessite beaucoup d’adaptation et de prise en compte de l’autre.

    Le reste du temps, il faut se partager entre les visites à domicile, les rendez-vous extérieurs et le travail administratif. Pour maintenir le lien, vérifier le lieu et les
    conditions de vie de la personne, les visites à domicile sont très importantes. Le majeur protégé nous accueille dans son intimité. Il faut alors être très respectueux de son domicile et de son style de vie. Il m’arrive parfois d’avoir de mauvaises surprises lors de visites : saletés, cafards, punaises de lit pour lesquels je fais intervenir des entreprises spécialisées. Je participe à des synthèses (réunion avec tous les partenaires qui interviennent dans une situation) et gère les différents rendez-vous. Je suis également amenée à me déplacer aux tribunaux de proximité.

    En conclusion, il n’existe pas de journée type dans le travail de mandataire judiciaire à la protection juridique des majeurs. C’est ce qui rend ce métier passionnant, il est varié et très prenant, il contribue à améliorer la vie de personnes et à les accompagner dans les étapes et leurs difficultés de vie. »


    Intervenant social

    Service Protection juridique des majeurs (PJM)
    PRINCIPALES MISSIONS
    • accompagner et soutenir les personnes en situation d’handicap ou en difficulté sociale (évaluer ses besoins, construire son projet de vie, gérer son environnement…)
    • accompagner les mandataires judiciaires sur des dossiers difficiles afin de rompre l’isolement du majeur protégé, de tisser des liens de confiance, de procéder à une analyse holistique, d’élaborer un diagnostic socio-éducatif, de lui apporter des informations et de recenser ses attentes.
    TÉMOIGNAGE

    « Le rôle de l’intervenant social est d’accompagner et de soutenir les personnes en situation d’handicap ou en difficulté sociale. Il intervient également dans des situations de crise ou de conflit, pour trouver des solutions, assurer la sécurité et soutenir les personnes accompagnées.

    Essentiellement positionné sur les urgences au sein de l’Udaf 92, mon intervention s’effectue dans le cadre d’une procédure bien précise : elle m’est assignée par mail à la demande d’un mandataire judiciaire ou de l’encadrement.

    Elle consiste à effectuer des visites à domicile, et à accompagner les mandataires judiciaires sur des dossiers épineux. Il s’agit de rompre l’isolement du majeur protégé, de tisser des liens de confiance, de procéder à une analyse holistique, d’élaborer un diagnostic socio-éducatif, de lui apporter des informations et de recenser ses attentes.

    En somme, il s’agit de construire un projet personnalisé afin de maintenir et/ou d’améliorer son autonomie et de participer à la défense de ses intérêts matériels et moraux.

    Mes missions sont multiples :

    • évaluer les besoins de la personne vulnérable, effectuer un bilan de sa situation, de ses difficultés et prendre en compte les problèmes urgents qui pèsent sur son quotidien. Mettre en œuvre des interventions de réparations (plomberie, serrurerie ou petits travaux), débarras et nettoyage, commande de biens, services d’aménagement et de déménagement… ;
    • construire un projet de vie avec la participation active du majeur protégé et le mettre en œuvre en s’appuyant sur ses capacités et ses moyens. Il s’agit d’assurer la promotion de son bien-être social, en favorisant l’épanouissement, l’intégration sociale et/ou professionnelle de ce dernier, par l’exécution de démarches administratives… ;
    • accompagner le majeur protégé dans la gestion de son environnement, qui rend compte de la mise en place de mesures adaptées : demandes de bilans ergonomiques, services à domicile, achats de biens d’équipement et autres… ;
    • coordonner avec d’autres professionnels la garantie du bien-être du majeur protégé. L’orienter vers des ressources appropriées : les rendez-vous santé, les visites à l’hôpital, en maison de retraite, et éventuellement les CMP et les hôpitaux de jour pour les personnes souffrant de troubles psychiatriques.
    • suivre régulièrement la situation du majeur protégé, en réajustant ponctuellement, voire chaque année, le projet de celui-ci au regard des nouvelles attentes émises. Pour cela, le Document individuel de protection des majeurs (DIPM) lui est remis. C’est un outil incontournable qui rassure le majeur protégé et formalise la mesure de protection dont il bénéficie.

    En définitive, le rôle central de l’intervenant social au sein d’un organisme de protection juridique des majeurs, s’inscrit généralement dans le cadre de la protection des intérêts du majeur, l’accompagnement dans les démarches administratives, le soutien émotionnel, la transmission des règles sociales, l’évaluation des activités de la vie quotidienne et l’autonomie ; et la coordination avec les autres professionnels aux fins de lui assurer un accompagnement social global. »


    Agent principal d’accueil

    Service Protection juridique des majeurs (PJM)
    PRINCIPALES MISSIONS
    • accueil des personnes protégées (personnes handicapées et/ou âgées en curatelle/tutelle) et du public en journée ;
    • tenue du standard téléphonique, distribution des appels, rédaction des messages ;
    • tri, gestion et affranchissement du courrier ;
    • tâches administratives de secrétariat et de gestion des archives du service…
    TÉMOIGNAGE

    « Je suis arrivée à l’Udaf 92 en novembre 2019. Mes missions consistent principalement à gérer l’accueil téléphonique et physique du siège mais également veiller à l’affranchissement, au tri et à la gestion des courriers (jugements, actes de notaire, relevés bancaires, factures…).

    Le standard téléphonique est ouvert de 9h à 12h. L’essentiel des appels, en moyenne une centaine proviennent des personnes suivies par l’Udaf 92 au service de la protection juridique des majeurs (personnes handicapées et/ou âgées en curatelle/tutelle) et des partenaires qui interviennent auprès des usagers (assistantes sociales, travailleurs sociaux, notaires…). Nous sommes les premières personnes avec qui ils ont un contact.

    Les appels les plus récurrents sont la confirmation d’envoi de fonds, la réception des prestations sociales, la gestion de la vie quotidienne… L’écoute et la reformulation sont importantes dans ces situations là, car les personnes sont souvent très angoissés.

    Avec le temps et l’expérience, on reconnaît et connaît leurs situations. On s’adapte et on sait comment interagir avec eux et les accompagner. Malheureusement, certaines personnes en rupture de soins peuvent se montrer aussi très agressives voire violentes. Régulièrement, nous rencontrons des situations stressantes, les usagers sont très souvent impatients et supportent mal le refus ou l’absence de réponse immédiate du mandataire ce qui les amènent à avoir des excès de colère et des paroles déplacées. Il faut alors rester calme et patiente face aux réactions parfois disproportionnées.

    L’après-midi est consacrée à l’accueil physique des personnes sur rendez-vous, à la consultation de la messagerie et à l’affranchissement du courrier. Nous accueillons également des partenaires, des prestataires, des candidats à l’embauche… qui ont rendez-vous avec la direction ou la responsable administrative et financière.
    C’est un métier qui demande du recul, du sang froid, de l’empathie et de la patience. Il faut aussi savoir gérer son propre stress, tout en assurant les autres missions. »


    Intervenant en information et soutien aux tuteurs familiaux

    Service Protection juridique des majeurs (PJM)
    Information et soutien aux tuteurs familiaux
    PRINCIPALES MISSIONS
    • délivrer une information individuelle ou collective aux personnes sur le champ de la protection juridique des majeurs (écouter et évaluer la situation, renseigner les familles et leur permettre d’appréhender leur mission, proposer des actions ou démarches à engager…) ;
    • apporter un soutien technique personnalisé (rédaction des courriers nécessaires à l’exercice des mesures de protection, mise en forme des requêtes ainsi qu’à la reddition des comptes de gestion) ;
    • promouvoir le service et développer les partenariats…
    TÉMOIGNAGE

    « L’Udaf 92 a ouvert un service d’ISTF au printemps 2014. Nous sommes deux délégués mandataires expérimentés à la protection juridique des majeurs en charge de celui-ci.

    Le service délivre gratuitement une information, une aide technique et une écoute à toute personne s’interrogeant sur les mesures de protection. Cela permet de rassurer les familles en amont, et de les accompagner dans leur exercice ultérieur, si besoin. Ce service s’adresse aux particuliers comme aux professionnels.

    Il y a maintenant plusieurs années, une dame nous a contactés. Elle avait entendu parlé de notre activité par sa mairie. Son père présentait des troubles de la mémoire, et sa mère qui était un peu démunie face à la situation, ne parvenait plus à gérer les papiers administratifs. Grâce à l’écoute et à la reformulation, elle a pu réfléchir au fait qu’une mesure de protection pourrait répondre à une partie de ses problématiques. Nous l’avons donc informée sur la procédure et sur le rôle du tuteur familial.

    D’abord « frileuse » à l’idée d’accepter cette charge, elle a finalement choisi de se proposer comme tutrice de son père. Suite à sa désignation par le tribunal, elle nous a contactés pour avoir des conseils pour réaliser l’inventaire des biens de ce dernier.

    Au moment de transmettre son premier compte rendu de gestion, elle nous a, à nouveau, sollicités pour s’assurer que celui-ci était bien complété. Cette dame nous a appelés régulièrement pour avoir des informations sur ce qu’elle pouvait ou ne pouvait pas faire en tant que tuteur familial.

    Il y a quelques mois elle nous a recontactés, en nous annonçant le décès de son père. Elle en a profité pour nous remercier car, selon ses mots, « sans nous, elle n’aurait jamais pu exercer une mesure de tutelle correctement » et « aurait sûrement baissé les bras il y a longtemps ». Dorénavant, elle envisage même de faire une demande de curatelle pour sa mère en demandant à être désignée ! »


    Chef de service

    Service Aide à la gestion du budget familial (AGBF)
    PRINCIPALES MISSIONS
    • gérer et piloter le service (AGBF) et les activités (Masp/PCB) ;
    • encadrer, animer et gérer les équipes ;
    • participer à la gestion budgétaire et administrative du service ;
    • représenter le service auprès des instances externes…
    TÉMOIGNAGE

    « J’ai été recrutée à l’Udaf 92 le 18 juin 1990, en qualité de « déléguée aux prestations familiales », au service qui s’appelait alors TPSE (Tutelle aux prestations sociales enfants). J’arrivais du conseil départemental de l’Essonne où j’avais exercé pendant 3 ans la fonction d’assistante sociale de secteur, sur un territoire semi-rural ; au cours de cette première expérience professionnelle, j’avais eu la possibilité de travailler en partenariat avec des DPF dans la prise en charge de quelques familles : je trouvais que le levier de gestion de prestations familiales conféré par la mesure judiciaire constituait un bien meilleur étayage que les seuls conseils que je pouvais prodiguer dans ma fonction initiale !

    Dès que j’en ai eu la possibilité, j’ai postulé pour exercer une fonction de DPF, ce qui a également marqué mon retour sur le territoire des Hauts-de-Seine. J’ai exercé cette fonction pendant 3 ans, en accompagnant des familles du département, en me constituant un beau réseau partenarial. Mon intérêt pour ce métier n’a jamais faibli : chaque nouvelle mesure confiée, chaque nouvelle famille rencontrée, était une nouvelle histoire de vie à découvrir, un nouveau parcours d’accompagnement à construire.

    J’ai ensuite eu la possibilité d’évoluer professionnellement, à travers une fonction de « référent technique », pensée sur le modèle du tutorat : je poursuivais des accompagnements de familles et, en parallèle, un rôle m’était dévolu autour de l’accueil et la formation des nouveaux collègues intégrant le service.

    Au fil du temps, la législation a évolué, nos activités se sont diversifiées et les besoins du service et de l’équipe se sont transformés, amenant également à une évolution de ma fonction vers un poste de cadre de proximité, en complémentarité et en appui du chef de service. Nouveau challenge que ce changement qui m’amenait à me confronter à de nouvelles exigences et me plaçait face à un nouveau paradigme : accompagner au mieux l’équipe dans la réalisation de son travail pour lui permettre de rendre le meilleur service possible aux familles et bénéficiaires dont nous avons la charge.

    Enfin, depuis le début de l’année 2020, j’occupe une nouvelle fonction au sein du service puisque j’ai repris le poste de chef de service suite au départ à la retraite de ma prédécesseur. Si je continue à éprouver beaucoup de plaisir dans le travail d’accompagnement de mes collègues et trouve stimulant de travailler à développer de nouveaux projets, à renforcer le partenariat, à promouvoir nos activités, je suis, à contrario, moins  » captivée  » par certaines des obligations successives faites aux services tels que les nôtres depuis maintenant plusieurs années, lesquelles ne doivent pas nous faire perdre le sens premier de notre engagement professionnel. Celui du service rendu au public, dans le respect de ses droits et de sa personne. Cela reste ma source de motivation, partagée par tous les membres de mon équipe. »


    Délégué aux prestations familiales

    Service Aide à la gestion du budget familial (AGBF)
    Protection de l'enfance MJAGBF
    PRINCIPALES MISSIONS
    • accompagner la famille à l’éducation budgétaire à partir de la gestion directe des prestations familiales ;
    • contribuer à la protection des enfants et à la cohérence de la cellule familiale ;
    • mener une action éducative en vue de permettre aux familles et bénéficiaires de Masp de retrouver leur autonomie financière ;
    • conduire auprès des publics une action d’accompagnement visant à la réappropriation de leurs responsabilités ;
    • rédiger des rapports et bilans de situation aux autorités judiciaires ou autres partenaires.
    TÉMOIGNAGE

    « Je suis déléguée aux prestations familiales à l’Udaf 92 depuis 1984. Après un arrêt de plusieurs années, pour élever mes quatre enfants, j’ai repris en 2004 mes fonctions de déléguée.

    Aujourd’hui, cette fonction recouvre deux missions :

    • la mesure judiciaire d’aide à la gestion du budget familial (MJAGBF) ordonnée par le juge des enfants. Cette mesure vise à aider les familles à gérer concrètement leur budget dans l’intérêt de leurs enfants, puis de favoriser le retour à l’autonomie financière, administrative, sociale et éducative. Dans ce cadre, l’Udaf 92 perçoit la totalité des prestations familiales de la famille versée par la Caf ;
    • la mesure d’accompagnement social personnalisé de niveau 2 (Masp 2). Cette mesure administrative offre un accompagnement social individualisé à travers la gestion des prestations sociales (RSA, AAH…) et/ou familiales. L’objectif de la Masp 2 est de conduire les bénéficiaires à une reprise d’autonomie fi nancière et administrative rapide, ou, le cas échéant, de les orienter vers d’autres dispositifs appropriés.

    Bien que différentes, ces deux missions ont beaucoup de points communs, notamment celui de prévoir des rencontres très régulières au domicile des familles ou des personnes, afin d’établir avec elles leur budget.

    À chaque fois que la porte s’ouvre, c’est une part de son intimité que la personne ou la famille nous laisse voir. Nous entrons au cœur de son existence et parfois de sa vulnérabilité. J’ai l’exemple d’un homme qui aimait avec passion ses six perruches, qu’il laissait voler dans son petit studio et avec lesquelles j’étais obligée de composer mes entretiens. Quel drame pour lui s’il devait en perdre une en m’ouvrant la porte ! Et d’une famille, qui m’accueille, le balai en mains, parce qu’elle « n’a pas eu le temps de faire le ménage »… Consciente, à sa mesure, du chaos de son logement.

    Cette confiance qui nous est donnée, nous la recevons avec respect et discrétion. Mais dans le cadre de notre action, elle est déterminante car elle active déjà chez la personne en difficulté, le désir de participer au redressement de sa situation.
    C’est avec ce premier levier que nous allons travailler à l’autonomie des personnes. »


    Technicien en intervention sociale et familiale

    Service Aide à la gestion du budget familial (AGBF)
    PRINCIPALES MISSIONS
    • intervenir à domicile et réaliser des accompagnements ciblés auprès des familles afin de résoudre leurs difficultés matérielles ponctuelles dans l’intérêt de leurs enfants ;
    • effectuer des démarches administratives avec les familles pour le suivi de leurs droits ;
    • restituer les interventions aux délégués aux prestations familiales pour diagnostic et analyse ;
    • rédiger les compte rendus de missions servant à la rédaction des rapports au juge des enfants ;
    • engager des projets d’actions collectives à destination des familles.
    TÉMOIGNAGE

    « Je suis TISF depuis 2014 au sein du service d’aide à la gestion du budget familial. J’interviens dans tout le département des Hauts-de-Seine. À la demande de la déléguée mandataire aux prestations familiales, formalisée par un ordre de mission, je mène des actions au plus près des familles grâce à des interventions au domicile ou en accompagnement physique, auprès d’organismes pour effectuer des démarches administratives et d’accès aux soins. J’accompagne les familles afin de résoudre leurs difficultés matérielles ponctuelles dans l’intérêt de leurs enfants.

    Les accompagnements au domicile se déclinent principalement :

    • dans les actes de la vie quotidienne : rangement du logement et réorganisation éventuelle de l’espace de vie notamment celui dédié aux enfants, entretien et hygiène du logement, soutien à la parentalité et à la fonction parentale, classement des papiers administratifs et mise en place d’outils de repérage des courriers pour les personnes illettrées.
    • dans l’élaboration et la mise en place d’un budget familial : achats alimentaires, vêtements, produits d’hygiène, préparatifs de la rentrée scolaire, organisation des départs en vacances, des retours en séjour ou en week-end des enfants placés, établissement de devis (mobilier, assurance, mutuelle…).

    Les accompagnements physiques se déroulent :

    • par la gestion administrative : aide à la rédaction de dossiers administratifs, de demande d’aide juridictionnelle, de carte de circulation ou de naturalisation, de dossier de regroupement familial, de dossiers médicaux, de titre de séjour, de logement social, de carte d’identité nationale ou de passeport, etc.

    Le domicile des familles est un espace privé, il est aussi le lieu de mon intervention. Les familles m’accueillent dans leur espace privé qui devient le temps de mon intervention un espace professionnel. »


    Secrétaire de service

    Service Aide à la gestion du budget familial (AGBF)
    PRINCIPALES MISSIONS
    • assurer les tâches administratives de secrétariat en lien avec la gestion des mesures d’accompagnement social auprès des familles ou des personnes bénéficiaires (traitement et frappe de courriers sur logiciel métier, préparation des rapports annuels et des bilans de situation pour les magistrats, prise de messages téléphoniques et transmission aux délégués…) ;
    • tenue du standard téléphonique, distribution des appels, rédaction des messages.
    TÉMOIGNAGE

    « Je suis arrivée à l’Udaf 92 en janvier 2001, en tant que secrétaire d’accueil et standardiste au service de la protection juridique des majeurs, à mi-temps en premier lieu puis à temps plein quelques années plus tard. C’était pour moi ma première expérience professionnelle dans le milieu social. Cela m’a permis de découvrir le milieu de la tutelle et le rôle de chacun au sein de ce service.

    Le standard téléphonique était ouvert de 8h30 à 12h00 puis de 13h30 à 16h00, l’accueil du public commençait à 9h00. Nous recevions quotidiennement beaucoup d’appels téléphoniques, tout en gérant l’accueil des majeurs protégés, avec ou sans rendez-vous.

    En août 2012, après 11 ans passés au siège, une opportunité s’est présentée au service d’aide à la gestion du budget familial. Après avoir hésité, je me suis décidée à postuler, j’avais considéré à ce moment-là qu’il était temps pour moi de changer de poste. Ma candidature étant acceptée, j’ai alors quitté le siège, non sans pincement au coeur.

    Mon rôle au service DPF est similaire à celui que j’avais au service PJM. Il consiste en la tenue du secrétariat administratif et du standard téléphonique. En revanche, il y a moins d’appels comparativement à mon précédent poste au siège. Au début, je me demandais même parfois si le téléphone était correctement branché !

    Les familles peuvent appeler pour demander si leur virement a bien été envoyé, une demande de supplément, nous donner le montant de leurs factures, loyer, téléphone, électricité, gaz, cantines de leurs enfants, etc. Ces factures sont ensuite mises en paiement après vérification et accord des délégués. Je reçois aussi des appels de la part d’intervenants avec lesquels nous travaillons tels que la Caf, les assistantes sociales et les CCAS.

    L’aspect administratif de mon poste consiste à travailler en binôme avec les déléguées qui me sont attribuées. Je mets en forme les rapports sur la situation de prise en charge de nos familles, fais des courriers de liaison pour les organismes avec lesquels nous collaborons, traite les instaurations, les renouvellements et les fins de mesures afin de les transmettre à la Caf.

    Je trie et classe également le courrier numérisé que le service GED nous transmet. En début d’après-midi, je me rends au siège pour affranchir le courrier, remettre les documents donnés par les déléguées au service concerné (comptabilité, direction, Institution…) et remonter les courriers de notre service. »


    Comptable

    Service comptabilité tutelles
    PRINCIPALES MISSIONS
    • prend en charge des fonctions spécifiques confiées en comptabilité tutelles (paiements des comptes de tiers) et patrimoine ;
    • effectue des contrôles (rapprochements bancaires, identification des recettes, etc.) ;
    • validation et suivi des placements financiers initiés par les mandataires judiciaires à la protection des majeurs ;
    • réalise les inventaires de biens comptables (mettre à jour l’ensemble des comptes bancaires des portefeuilles confiés et vérifie les écarts annuels, courriers aux partenaires bancaires…).
    TÉMOIGNAGE

    « Je suis arrivé à l’Udaf 92 en janvier 2003 en tant que comptable au service de la comptabilité « tutelles ». Celui-ci, composé de 4 comptables, est placé sous la direction du responsable administratif et financier. Nous gérons les comptes bancaires courants et de placements des majeurs protégés et des familles dont l’Udaf 92 s’est vue confier la charge par ordonnance judiciaire. Avant de travailler à l’Udaf 92, je ne connaissais pas du tout le monde de la tutelle ni de la protection de l’enfance. J’y ai découvert des services dédiés à l’accompagnement humain, social, administratif et financier des personnes vulnérables et des familles.

    L’Udaf 92 gère :

    • pour le service de la protection juridique des majeurs, les comptes bancaires des personnes protégés selon le type de mesure exercée (tutelle, curatelle simple, curatelle renforcée) ;
    • pour le service de la protection de l’enfance, uniquement les prestations familiales versées par la Caf ou les prestations sociales (RSA, AAH…).

    Mon travail quotidien consiste à payer les factures des fournisseurs et des prestataires pour le compte des majeurs protégés et des familles (loyers, énergie, loisirs, frais de santé…).

    Pour cela, je suis en relation directe avec les délégués mandataires judiciaires et les délégués aux prestations familiales qui ordonnent le paiement des factures. Ces derniers doivent me les communiquer avant 14h30 afin de les faire valider par mon responsable de service au plus tard à 16h. Au-delà de cet horaire, les virements ne seront effectués que le lendemain.

    Il me faut être particulièrement attentif lors des paiements des factures, des taxes et des frais bancaires, en m’assurant du solde positif du compte, en payant dans les temps impartis, et en vérifiant le destinataire. Il est également très important de ne pas oublier l’argent de vie des majeurs protégés qui leur permet de contribuer à leurs dépenses quotidiennes (nourriture, vêtements, cigarettes…). Les mandataires judiciaires nous sollicitent régulièrement pour effectuer des paiements urgents et imprévus. De manière générale, les revenus des personnes que nous accompagnons se situent entre 1 et 2 smic, ce qui rend leur gestion plus délicate.

    Je suis fier d’être un maillon de la chaine qui participe, rend service et vient en aide aux personnes bénéficiant de mesure de protection judiciaire dont l’Udaf 92 a la charge. »


    Médiateur familial

    Service Médiation familiale
    PRINCIPALES MISSIONS
    • assurer des entretiens d’information préalable à la médiation sur site et sur permanence et des séances de médiation ;
    • développer des formes innovantes de médiation intrafamiliale dans le cadre d’un projet en lien avec l’Unaf ;
    • rendre compte de l’activité, enregistrer des données sur logiciel métier, tenir des statistiques, rédiger des bilans qualitatif et quantitatif en lien avec l’activité du service ;
    • promouvoir et participer au développement des médiations familiales auprès du public et des partenaires…
    TÉMOIGNAGE

    « Il m’a été demandée de parler de mon expérience de médiatrice familiale à l’Udaf 92 ce que je fais avec plaisir.

    La médiation familiale arrive en France fin des années 80 à la suite du Québec. Elle s’adresse aux couples qui doivent organiser leur séparation au mieux de leurs intérêts de parents séparés et de leurs enfants.

    En 1998, l’Unaf encourage les Udaf à créer des services de médiation familiale. J’arrive mi-1998 à l’Udaf 92 grâce à l’association des familles de Sèvres où je tenais une permanence. Il faudra attendre avril 1999 pour bénéficier d’un poste de médiateur salarié deux jours par semaine, la Caf 92 s’engageant sur trois ans à soutenir cette création.

    En parallèle, le TGI de Nanterre décida d’adresser avec toutes les convocations, une invitation à rencontrer des médiateurs. En décembre 1999, une embauche à temps plein fut nécessaire. Deux ans plus tard, trois stagiaires contribuèrent grandement à faire connaître la médiation. Elles purent être embauchées à la faveur des partenariats avec les villes : Courbevoie et Colombes dans un premier temps, Puteaux, Asnières-sur-Seine et Suresnes par la suite, enfin Vanves, Chaville et Levallois.

    Aujourd’hui, nous sommes six médiatrices travaillant en équipe, en capacité de se remplacer les unes et les autres. À cette équipe, s’est adjointe depuis cinq ans une secrétaire/assistante à mi-temps.

    Au fil du temps, la médiation familiale s’est développée à tous les conflits familiaux. La médiation intrafamiliale s’adresse ainsi à tous les membres de la famille (grands parents privés de leurs petits-enfants, successions, médiations aidants et aidés, parents ados, fratries etc.), visant à restaurer le dialogue, gérer des situations conflictuelles et à préserver les liens entres les membres de la famille. »


    Les offres d’emploi de notre réseau

    L'Udaf recrute

    Un assistant tutélaire H/F (92)

    Udaf 92 – Poste basé à Bagneux – CDD de remplacement (congé parental) à temps complet

    L'Udaf recrute

    Un mandataire judicaire à la protection des personnes H/F (92)

    Udaf 92 – Poste basé à Saint Cloud – CDD 12 mois à temps complet (poss. évolution CDI)

    L'Udaf recrute

    Un assistant au pôle « personnes placées » H/F (92)

    Udaf 92 – Poste basé à Saint-Cloud – CDD 12 mois à temps complet (poss. évolution CDI)